Documentaires en compétition 2019

Amahuaca Siempre 

de Fernando VALDIVIA 

Pérou – 2017 – DCP – 65 minutes - VOST- Langues : espagnol et amahuaca

 

Au début des années 60, plusieurs chercheurs prédirent que les Indiens Amahuacas de l'Amazonie péruvienne allaient disparaître. Cependant, les nouvelles générations se mobilisent pour éviter cette fatalité. Guidées par un professeur déterminé, elles mettent en place tous les moyens possibles pour se battre contre les maladies, contre le manque d’instruction et contre leur invisibilité dans le pays.

Fernando VALDIVIA 

Après s’être formé à l’Université Nationale Mayor de San Marcos et à l’EICTV de Cuba, Fernando dirige de nombreux documentaires péruviens : Buscando el azul (2003), La Travesia de Chumpi (2009) et Amahuaca siempre (2017). Depuis presque 20 ans, il promeut la souveraineté audiovisuelle avec des peuples autochtones du continent sud-américain provenant de la vallée Amazonienne. 

Il a été de nombreuses fois primé pour ses œuvres, notamment par le Grand Prix Anaconda 2004 à La Paz (Bolivie) le trophée Muiraquitá en 2006 et en 2010 à Manaus (Brésil). Cette même année, en 2010, il reçoit le Prix Gellio Pontecorvo à Rome.

Nada queda sino nuestra ternura 

de Sebastien JALLADE 

Pérou – 2017 – DCP – 70 minutes – VOSTF – Langues: espagnol et quechua

 

Un pont oublié, une maison en ruines, une mélodie que personne ne voulait de nouveau entendre ; le conflit armé de la fin du XXe siècle au Pérou a changé pour toujours l'histoire du pays. 

 

Le territoire andin est devenu le reflet d'une mémoire fragmentée, avec laquelle il est difficile de se réconcilier. NADA QUEDA SINO NUESTRA TERNURA accompagne ces femmes et hommes oubliés. 

 

Sebastien JALLADE

 

Anthropologue, scénariste et réalisateur de documentaires.

 

Depuis 2007 il s’est installé à Lima et s’est donné le défi de parcourir et de connaître les Andes péruviennes : il a publié plusieurs livres sur les expériences tirées de ses randonnées de trois ans entre l’Équateur et la Bolivie, à travers les anciens chemins de la cordillère. Il est le co-auteur du documentaire Qhapaq Nan, la voz de los Andes, sorti au Pérou lors du Festival Européen du Cinéma en 2011.

 

Par ailleurs,  il travaille dans le milieu de la communication et explore d’autres formes d’expressions.  Il sort en 2016 le court-métrage ethnographique Pasión Huamachuco.

 

Nada sino nuesta ternura est son premier long-métrage en tant que réalisateur.

 

Rio Verde. El tiempo de los Yakurunas. 

d'Álvaro et Diego Sarmiento / Pérou – 2017 – DCP – 70 minutes – VOSTF - Langues : espagnol et shipibo 

 

Guidé par des chants d’Ayahuasca, Rio Verde. El tiempo de los Yakurunas est un voyage poétique dans les profondeurs de la forêt amazonienne.

 

 

Ce film explore la perception du temps au sein de trois communautés unies par les eaux du fleuve Amazone, immergeant le spectateur dans un paysage peuplé de chamanes et de sociétés archétypales.

 

Álvaro SARMIENTO 

 

Álvaro Sarmiento a participé aux Résidences pour Artistes MacDowell et à la fondation Rockefeller. Il a écrit, réalisé et produit plusieurs courts-métrages, comme Kay Pacha projeté dans plus de 30 festivals, dont celui de Clermont-Ferrand.

 

Son long-métrage Rio Verde. El tiempo de los Yakarunas fut présenté au Festival de Cinéma de Berlin 2017 et au MoMA Doc Fortnight 2018. 

 

Diego SARMIENTO

 

Il a étudié la communication   audiovisuelle à l’Université Catholique du Pérou et a obtenu une maîtrise de cinéma documentaire à l'EICTV, à Cuba.

 

Depuis, il a dirigé plusieurs courts-métrages, dont deux furent présentés à la Berlinale : Hijos de la Tierra (Génération 2014), et El Sueño de Sonia (Culinary Cinema 2015).

 

 

Volver a ver 

de Judith Vélez

Pérou – 2018 – DCP – 90 minutes –VOSTF – Langues: espagnol et quechua

 

Trois courageux photographes retournent sur le lieu qui fut l’épicentre de la guerre dans les communautés d'Ayacucho, où s'était formée une résistance indigène contre le groupe terroriste du Sentier Lumineux.

 

 Le documentaire peint le portrait de ces années sombres. Des moments pleins d'émotions et de souvenirs qui remettent en question l’histoire officielle qui nie encore l'aide du peuple indigène pendant le conflit à Ayacucho. 

Judith VÉLEZ

 

Réalisatrice et productrice, Judith Vélez fonde sa propre maison de production « Nomade Films » et dirige son premier long-métrage, La prueba (2006) sélectionné dans d’importants festivals internationaux. 

 

 

Elle réalise des séries et des documentaires pour des chaînes internationales : Hombres del siglo XX (2000), Seisconocho (2004), Liberenlos ya (2008), 1509 Operacion Victoria (2011). 

 

Avec Volver a ver (2018), son deuxième long-métrage, elle continue à construire  la mémoire de son pays depuis son précédent film. 

 

Actualités

Nous sommes heureux de vous annoncer la

11e Éditon du FCPP

Du 9 AU 16 AVRIL 2019