Dans le cadre des célébrations du Bicentenaire de l'indépendance du Pérou, Le Festival de Cinéma Péruvien de Paris vous invite à découvrir gratuitement 4 films péruviens
 
Nous avons programmé pour vous :
- Samedi 24 et dimanche 25 juillet : Caiga quien caiga de                Eduardo Guillot 
- Lundi 26 et mardi 27 juillet :  Viaje a Tombuctú de Rossana          Diaz
- Mercredi 28 et jeudi 29 juillet :  La  última noticia de Alejandro      Legaspi
- Jeudi 30 et vendredi 31 juillet : Alpaqueros de Mercedes              Lamborelle
 
Nous allons publier le lien de chaque film le jour-même vers 15h. Soyez attentif ! La validité du lien sera de 24h.
 
Suivez-nous sur Facebook
 
 

 
 
Du 7 au 13 juin, à l'occasion de la 12e édition du Festival de cinéma Péruvien de Paris, 26 films ont été projetés dans l’emblématique salle de cinéma « SAINT-ANDRE DES ARTS » et via la plateforme la 25ème heure.
 

Palmarès du 12e Festival de Cinéma Péruvien de Paris                   Le prix « Le Soleil Tournant »    

Le jury des longs-métrages

Le jury présidé par Catherine Belkhodja, avec la participation de Karen Byot, Olivier Pouponneau, Zoltán Mayer, Nicolas Verastegui,  a attribué le grand prix « Le soleil Tournant » et une bourse de 3000 dollars pour la post-production d’un prochain film offert par Guarango Cine.

 

 

Le jury des courts-métrages

Le jury des courts-métrages était composé de Félix Terrones, Délia Espinat Dief, Anne Colson.

 

 

Prix du meilleur long-métrage :
LA PASIÓN DE JAVIER, réalisé par Eduardo Guillot

Prix du meilleur documentaire : SEMBRADORAS DE VIDA, co-réalisé par Diego et Alvaro Sarmiento

Mention spéciale - MATAINDIOS de Oscar Sanchez et Robert Julca

Prix du meilleur court métrage : EL SILENCIO DEL RIO, réalisé par Francesca Canepa

 

La culture dans tous ses É(é)tats,

Stratégies de communication,

logiques artistiques et logiques économiques"

 

Vous pourrez y trouver l’article:

Le marché du film latino-américain et le Festival de Cinéma Péruvien de Paris

par Jovita Maeder

 

Si le Pérou, comme le déplore Jovita Maeder, directrice du festival de cinéma péruvien de Paris, ne s’est pas encore doté d’une politique culturelle, il n’en demeure pas moins que la culture suscite l’intérêt des Péruviens, les fortunés donateurs, certes, mais aussi les autres qui fréquentent de plus en plus les salles de cinéma et de spectacle...