PALMARÈS 2022 DE LA 13 EDITION DU FESTIVAL DE CINÉMA PÉRUVIEN DE PARIS 

Prix du meilleur long métrage de fiction :

Manco Cápac, réalisé par Henry Vallejo

 

Le jury composé de Julie Bergeron, Douglas Beer, Santiago Otheguy et  Moana Ferre, a attribué le grand prix « Le soleil Tournant » et une bourse de 2000 euros pour la post-production d’un prochain film offert par Guarango Cine, dans la catégorie fiction long métrages, au film Manco Cápac, d’ Henry Vallejo.

 

Un Amérindien marche dans la ville à la recherche d’un travail. Il est digne, confiant, créatif malgré l’adversité qu’il rencontre au quotidien pour se nourrir, rester propre et dormir. Il va vers son destin comme un ange tombé sur terre. Un film lumineux et politique qui nous confronte, sans misérabilisme, au quotidien universel du migrant solitaire. Les membres du jury saluent la beauté d’une histoire minimaliste qui dépasse les frontières, accompagnée par une belle maîtrise de la mise en scène et une performance émouvante de l’acteur. Manco Cápac, l’Inca.

 

Prix du meilleur documentaire : El Canto de las Mariposas, réalisé par Nuria Frigola

 

Le Prix « Soleil Tournant », catégorie documentaires, revient à El Canto de las Mariposas, réalisé par Nuria Frigola.

 

Le jury a été touché par l’histoire de ce peintre Uitoto en quête d’inspiration qui retourne vers ses origines en pleine Amazonie. On découvre le génocide de son peuple par les exploitants de caoutchouc à travers l’œuvre de son père, sa mère, l’esprit de sa grand-mère et l’âme des ancêtres. La subtile progression narrative nous amène à comprendre que les violences ont des répercussions sur plusieurs générations, quelles que soient l’origine des conflits, et fait donc de El Canto de las Mariposas une histoire aux résonances universelles.

 

Prix du Meilleur Court-métrage: Inconmovible, d’Adrián Portugal.

 

Le jury de courts-métrages composé de Alessia Chiesa, Paul Baudry et Silvia Massegur,  a accordé le prix au court métrage à Inconmovible, de Adrian Portugal.

"Depuis un point de vue fixe et enfermé, le film nous embarque dans un voyage à travers les fluctuations au cœur de la grande ville au long d’une période incertaine comme la pandémie. En passant par l’humour, la poésie, l’observation précise et en boucle, et avec une surprenante économie de moyens, le film met en avant une maîtrise du temps et du rythme pour déployer avec grande originalité des micro narrations multiples dans une société en mouvement. “Inconmovible” nous invite ainsi non seulement à une réflexion autour du regard, mais aussi sur les voies illimitées de l’imagination qui en découlent".

 

 

Mention Spéciale  Court-métrage: Donde la Luz no llega, de Sebastián Gutiérrez Plasencia

Une mention spéciale est attribuée à Donde la Luz no llega, de Sebastián Gutiérrez Plasencia. Le court-métrage repose sur une métaphore originale qui associe, d'une part, le motif des bougies que l'on devait allumer à la fin des années 80 pour s'éclairer pendant les coupures de courant, suite à la destruction des pylônes d'électricité par le Sentier Lumineux, et, d'autre part, ces mêmes bougies utilisées par deux enfants qui attendent leur mère dans un appartement sombre où semblent s'insinuer une présence inquiétante, mortifère et invisible. Si le feu s'éteint, les deux frères resteront à la merci de ce revenant, mais aussi sans doute d'une violence politique tapie dans l'ombre, bien plus effrayante.

Version imprimable Version imprimable | Plan du site
© PEROU PACHA contact@festivalcinemaperuvienparis.fr